Shooting printemps/été 2018

Shooting printemps/été 2018

Alors que je vous présente bientôt les premières pièces de cette collection, laissez moi vous raconter l’histoire de ce shooting. Pour la première fois, nous l’avons fait en dehors de Paris !! Mais pas n’importe où. Montez avec moi dans la machine à remonter le temps, je vous emmène dans mon enfance…

 

Le cadre

Cette fois j’ai emmené tout mon petit monde (aka l’amoureux et Amélie) en Bourgogne et plus précisément en Saône-et-Loire. Mon grand-père vous dirait sans détour que c’est le plus beau département de France, rien que ça ! C’est une de ces répliques préférées, que je lui ai toujours entendue. Et de fait, enfant j’ai passé toutes mes vacances d’été, au moins jusqu’à mes 16 ans avec mes grands-parents, visitant plusieurs coins de France, avec passage systématique dans cette maison de famille. Même si j’y vais beaucoup moins depuis cette époque, j’y suis restée attachée et cette région a une valeur symbolique à mes yeux. Si vous ne connaissez pas cette région, je vous invite la découvrir sans plus attendre !!

Desidero Le Blog - Shooting Printemps Eté 2018 (le cadre).JPG

Bref, tout ça pour vous dire que cette maison, et surtout son jardin, les vignes à perte de vue, la place de l’église et ses cloches (qui ne sonnent hélas plus comme dans mon enfance) présentaient le cadre parfait pour le shooting de la collection Printemps/Été 2018 : Garden Party !!

Si vous me suivez sur Instagram, vous aurez forcément vu passer des photos de ces pièces, parfois en cours de fabrication, qui mettent à l’honneur les fleurs à travers 3 modèles différents, édités à chaque fois en 2 tailles différentes.

Desidero Le Blog - Garden Party.jpg

 

Et comme vous le verrez très bientôt, une partie de cette collection a été pensée spécifiquement pour les futur(e)s marié(e)s. Le nom de Garden Party représente bien ces deux aspects :

les fleurs et la fête !

 

L’ambiance

Le cadre géographique est donc posé, parlons un peu de l’ambiance. Avec Amélie, nous avions pensé à une robe longue et vaporeuse pour ce shooting, et je l’ai finalement faite avec ma maman pendant mes vacances (notre fameux atelier couture dont j’ai déjà parlé brièvement : merci maman <3). Une robe portefeuille dans les tons vieux rose, avec juste ce qu’il faut de touche sexy. Il y a eu aussi une robe longue H&M grise qui n’étais pas très vaporeuse mais qui s’est révélée parfaite pour shooter les plastrons de cette collection. Et enfin, le clou du spectacle si je puis dire, une robe de mariée. OUI vous m’avez bien lu, une robe de mariée pour shooter en contexte les pièces spécifiquement destinées à cette partie de la collection.

Desidero Le Blog - Shooting Printemps Eté 2018 la robe de mariée

 

Revenons sur cette robe !! Elle m’a été prêtée par la talentueuse Sophie Castagnetti, créatrice à Paris de robes de mariée sur-mesure depuis presque 20 ans. C’est une robe avec un très beau décolleté devant et un autre en V large dans le dos. Elle a ce joli détail de dentelle sous la poitrine qui met bien en valeur la taille et une matière hyper agréable à porter. Bref je l’ai adoptée dès le premier essayage et je remercie encore une fois Sophie pour le prêt de cette robe. Je vous laisse juger du résultat.

Desidero Le Blog - La robe de mariée - Copie

 

Et enfin que dire du travail de ma chère Amélie ? Quand je regarde les photos de ce shooting parfois j’ai l’impression pendant un quart de seconde que je me suis vraiment mariée. C’est vous dire <3.

Desidero Le Blog - le shooting

 

Bref ce fut un weekend magnifique, ensoleillé, en un mot : I-DÉ-AL. Il ne passeront sûrement pas par là mais je profite de cet article pour remercier encore une fois mes grands-parents de nous avoir accueillis et permis de faire ce shooting <3.

Je termine évidemment cet article avec quelques photos. Le choix est difficile tant la tentation est grande de tout vous montrer tout de suite. Je dois pourtant bien garder un peu de suspense jusqu’au mois de février prochain pour la sortie de l’ensemble de la collection. Mais je vous reparle très vite par ici des pièces spéciales marié(e)s qui sortiront le 20 octobre prochain !!

A très vite, 

Giulia

 Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Boutons Hortensia - Garden Party.JPG

Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Barette PM Sakura - Garden Party

 

Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Boucles d'oreilles Hortensia - Garden Party

Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Bracelet Sakura - Garden Party

Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Collection Hortensia - Garden Party

Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Collection Petunia - Garden Party

Desidero Le Blog - Shooting PE 2018 - Plastron Petunia - Garden Party

 

 

#FLASHBACK : mes premières créations

#FLASHBACK : mes premières créations

En écrivant l’article sur l’entretien express de bijoux pendant les vacances, j’ai pensé qu’il était temps de vous présenter mes toutes premières créations. Pas celles de Desidero mais celles que je me suis fabriquées alors que j’étais encore apprentie.

Elles m’ont permis de faire mes armes, sont très fidèles aux styles qui m’inspirent, et ont été créées à partir de maquette en cire, qui, comme vous le savez maintenant, est le mode de fabrication que je préfère.

J’ai fait mon apprentissage chez un joaillier indépendant qui faisait énormément de réparation de bijoux et d’objets anciens. C’est en travaillant à ses côtés que j’ai appris à ne pas me laisser freiner par mes outils, il faut parfois savoir les réinventer pour les adapter à nos besoins. Et c’est de ces années d’apprentissage que j’ai développé une passion pour les étuis à cigarettes anciens. Qui s’étend parfois aux minaudières et autres poudriers. J’aurais d’ailleurs tendance à les collectionner, mais de ça je vous en parlerai une autre fois.

Et j’ai eu aussi la chance qu’il me laisse parfois me plonger dans des projets personnels. Il en ressort une belle collection de pièces que je n’ai pas portées depuis longtemps mais que je chéris malgré tout particulièrement. Je ne les ai pas repolies depuis leur fabrication et elles portent d’ailleurs les marques indiscutables qui montrent que je les ai beaucoup portées à cette époque.

Desidero Paris Blog - Flashback - Mes bagues 1

Desidero Paris Blog - Flashback - Mes bagues 2

 

Commençons par cette superbe bague boule repercée !! Ce fut ma toute première création !! Séquence émotion, elle a été ma première, ma fierté, et je mesure aujourd’hui, alors que je vous écris, le chemin parcouru, notamment d’un point de vue artistique…

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague boule repercée 2

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague boule repercée

J’ai ensuite changé de registre pour une bague sans volume mais toujours avec cet effet de jour à travers. Maintenant que je les étudie dans leur ensemble, je vois à quelle point le repercé a été omniprésent dans mes créations d’apprentie. Pas moins de 7 pièces sur 10 en témoignent.

Desidero Paris Blog - Bague repercée

A partir de là, je me perds un peu dans l’ordre chronologique mais il y a ensuite eu cette ensemble collier et bague. Il me semble que j’ai d’abord créé le collier, mais à force de le poser sur ma main j’ai eu envie ensuite d’en faire une bague. Ce motif de ciel est directement inspiré des dessins que je faisais enfant, avec le soleil immanquablement dans le coin supérieur gauche de la feuille (vous aussi ça vous rappelle quelque chose, hein ?!).

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague paysage

Desidero Paris Blog - Flashback - Collier paysage

On commence ensuite à repérer le début de ma période Art Déco avec d’abord cette bague aux perspectives bien marquées avec ses marches d’escalier. L’ouverture du corps de bague sur les côtés m’a permis de l’alléger considérablement, tout en gardant une base solide.

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague Escalier 1

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague Escalier 2

Ensuite, et c’est probablement ma préférée, il y a cette bague au profil ultra géométrique. Je l’ai pourtant moins portée que les autres car elle est légèrement déséquilibrée en terme de poids, bien que la partie cylindrique soit vide, et cet effet était renforcé par le fait qu’elle soit un peu trop grande pour moi (problème qui n’est plus aujourd’hui, je vais pouvoir la reporter avec joie !). C’est probablement la bague qui a demandé le plus de prouesses techniques pour la jeune apprentie que j’étais. En effet, elle a été réalisée à partir de 2 pièces, la bague proprement dite d’une part et le cylindre du dessus d’autre part. Ces 2 parties ont été soudées après la fonte puis le cylindre a été bouché à ses extrémités. 

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague cylindre 1

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague cylindre 2

Et puis il y a aussi cette petite bague qui a une chouette histoire. Je vous racontais plus haut que mon maître d’apprentissage faisait beaucoup de réparation d’objet ancien. Cette bague est la reproduction, agrandie, d’une pièce d’un nécessaire à couture ancien que nous avions eu en réparation. J’ai eu à fabriquer cette pièce qui était manquante dans le nécessaire (si je me rappelle bien) et elle m’a tellement plu que je m’en suis finalement faite une. Et c’est aussi la première pièce que l’on m’a ensuite commandée pour un cadeau (la première pierre était posée) !!

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague couture.JPG

La dernière bague que j’ai à vous présenter c’est mon coquillage. Je l’aime beaucoup mais il m’a donné pas mal de fil à retordre ! En effet la cire était particulièrement fragile et le rattrapage de fonte pas évident du tout. Mais il laisse deviner mon besoin de sortir du cadre géométrique dans lequel je pourrais avoir tendance à m’enfermer dans mes créations.

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague coquillage 1

Desidero Paris Blog - Flashback - Bague coquillage 2

 

Le grand chapitre des bagues est terminé, et il me reste encore 1 pièce à vous montrer. Je passerai sur ma manchette d’amour que vous avez déjà pu découvrir sous toutes les coutures dans cet article pour vous présenter mon collier plastron. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il a été fait à partir d’une cire et non d’une découpe de plaque. Cette forme correspond en fait au profil de la cire pour bracelet utilisée pour cette fameuse manchette (les détails, là aussi, sont dans l’article dont je vous met le lien plus haut).

Desidero Paris Blog - Flashback - Plastron.JPG

Je ne l’ai pas porté depuis longtemps, mais sachez qu’il s’adapte très bien en toutes circonstances. Nul besoin de le garder pour les « grandes occasions », il a la taille parfaite pour être porté tous les jours, tout en apportant la juste touche d’excentricité pour vos tenues de fête. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il a un petit frère, un exemplaire similaire est en effet disponible à la boutique et sur le site (lien vers mon Jardin Français) !! 

C’est ici que s’achève la présentation de ma petite collection personnelle. Ces pièces d’avant Desidero me sont chères, elles sont les premiers témoins de l’aventure que je vis depuis bientôt 7 ans dans le monde de la bijouterie. Et quelle aventure !! Dans quelques semaines je vous présenterai la collection Automne-Hiver 2017, nous venons de shooter le Printemps-Été 2018 (que j’ai hâte de vous montrer en entier !) et j’ai déjà en tête les 2 saisons suivantes !!! A très vite donc, pour la suite de l’aventure…

To be continued !

Giulia

Collection SATURNE

Collection SATURNE

En ce début août, les vacances se profilent mais pour patienter jusque là, je reviens vous parler d’une des collections Desidero : SATURNE ! Et ce n’est pas n’importe quelle collection, mais ni plus ni moins que le best seller du mois de juillet qui vient de s’achever… CHAMPAGNE !!

Je me suis dit qu’il était donc grand temps de vous la présenter plus en détails. Saturne fait partie avec Flora des collections de ce printemps/été 2017. Ce sont des formes toutes en rondeur plutôt que des angles vifs, le contre-pied peut-être des pièces de l’automne/hiver précédent…

Saturne est encore une collection issue de ma recherche sur les contrastes. Ici c’est l’opposition plat/embouti qui est mise à l’honneur. L’embouti est une technique qui permet de mettre en forme une plaque de métal en demi sphère. Cela nécessite évidemment un dé à emboutir (le mien ne ressemble pas à un dé à proprement parler mais l’idée est la même), et un jeu complet de bouterolles. La plaque de métal est recuite puis positionnée dans le trou le plus grand puis mise en forme à l’aide de la bouterolle adaptée sur laquelle on vient frapper au marteau avant de passer au trou (et à la bouterolle) suivant jusqu’à obtenir la taille souhaitée.

Desidero Paris Blog - Dé à emboutir et bouterolles

Pas de prototype en cire donc pour cette collection, mais de la découpe de plaque, puis la mise en forme de l’embouti et enfin la soudure des deux éléments. Chaque pièce est donc entièrement réalisée à la main. Et ça faisait longtemps que je n’avais pas travaillé l’aspect de surface du métal, j’ai donc opté pour une finition brossée, qui donne un tout autre aspect à l’argent, comme au vermeil. Et c’est évidemment à son profil de planète qu’elle doit son nom. 

Il existe deux tailles de pendentifs. Le petit modèle est utilisé pour les boucles d’oreilles, le bracelet et le collier court. Le grand modèle, est utilisé uniquement pour une deuxième version du collier court et pour le sautoir.

Quant à ma pièce préférée, c’est sans aucun doute le bracelet !! La forme de base se prêtait si bien à cette opposition articulée, comme un tête à tête, j’en suis complètement fan. L’articulation c’est un peu mon nouveau jeu préféré dans mes collections. D’ailleurs le collier Flora au 3 pendentifs en témoignent bien.

Je vous laisse (re)découvrir cette collection en photos (réalisées comme toujours par Amélie) ! Retrouvez-la également sur le site de Desidero, et passez commande avant le 12 août à midi pour être sûr de recevoir vos pièces coups de cœur avant que la boutique ne ferme pour une première semaine de vacances estivales !

J’espère que vous passez un bel été et vous donne rendez-vous vendredi prochain pour un nouvel article 😉

Giulia

 

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Collier GM et boucles d'oreilles vermeil

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Collier GM et bracelet argent

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Collier PM argent

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Collier PM vermeil

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Boucles d'oreilles argent

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Sautoir argent

Desidero Paris Blog - Collection Saturne par Desidero - Sautoir et bracelet vermeil

 

Mon Bestiaire Imaginaire

Mon Bestiaire Imaginaire

La collection Bestiaire Imaginaire fait partie des pièces soldées cet été (-40% en ce moment, je vous dis ça comme ça, sans pression…) mais je me devais de vous en faire un article malgré tout avant qu’elle ne rejoigne complètement les archives de Desidero.

« C’est la première collection où je reconnais vraiment ton style ! »

C’est à peu près avec ces mots qu’une de mes amies a qualifié cette collection lorsqu’elle est sortie au printemps 2016 (je vous raconte pas le bonheur dans mon cœur à ce moment là). Dans la lignée des pièces fortes initiée par Les Renaissantes, la saison précédente, j’ai créé cette collection en revenant à la cire et à mes fondamentaux, c’est à dire de la façon la plus géométrique possible. Si vous pouviez voir mes croquis, rien dans son équilibre n’a été laissé au hasard. Tout est affaire de chiffre, de calcul et de proportion.

Et pourtant, 3 visions différentes ressortes aux regards du public. Là où j’y vois une petite bête qui pourrait se déployer ou au contraire se recroqueviller, certain y voit un kimono ou encore un jeu compliqué de rubans. Mais c’est justement là toute la magie du bijou, que chacun puisse y voir ce qui le touche. Et vous, qu’est ce que ces pièces vous évoquent ?

Je vous laisse avec les photos de la collection réalisée par Amélie et shootée dans le café de la jolie boutique Madeleine & Gustave de la rue Yves Toudic (Paris 10) !

(Maquillage : Blush&Crush)

La semaine prochaine, promis, je vous parle de Prague !!

Giulia

Desidero - PE 2016 - Collection Bestiaire Imaginaire 1Desidero - PE 2016 - Collection Bestiaire Imaginaire 2Desidero - PE 2016 - Collection Bestiaire Imaginaire 3Desidero - PE 2016 - Collection Bestiaire Imaginaire 4Desidero - PE 2016 - Collection Bestiaire Imaginaire 5Desidero - PE 2016 - Collection Bestiaire Imaginaire 6

 

Team Bad Girls

Team Bad Girls

Aujourd’hui je reviens pour vous présenter une des collections Desidero. La plus méchante de toutes, j’ai nommé la Team Bad Girls. Je vous en ai déjà rapidement parlé dans l’article Cool People #1 sur Amélie, notre super photographe.

Il s’agit en effet de la collection de pièces uniques que j’ai réalisé pour son exposition Dans l’Antre du Côté Obscur. J’ai féminisé le thème des méchants dans la culture de l’imaginaire pour m’attacher à représenter 5 méchantes emblématiques de mon enfance, tirées de célèbres Disney ou encore de Batman et de son adaptation en dessins animés que je regardais à la télé le mercredi matin.

Dans cet article je vous présente donc plus en détails chacune de mes girls.

Desidero - Collection Bad Girls pour l'Antre du Côté Obscur - Bague Angelina
Bague Angelina

Tout d’abord Angelina, la première pièce de cette série et probablement ma préférée. Cette bague à cornes représente, vous l’aurez compris le personnage de Maléfique dans La Belle au Bois Dormant. On a tous un souvenir Disney dans notre enfance et le dragon crachant ses flammes m’a particulièrement marquée. C’est évidemment le premier personnage qui m’est venu en tête quand j’ai commencé à travailler sur ce projet !

Cette bague a été fabriquée à partir d’une maquette en cire réalisée à la main puis transformée par le procédé de cire à fonte perdue (si ce vocabulaire vous est totalement inconnu, rassurez vous, il fera l’objet d’un article  dédié sur le blog la semaine prochaine !). C’est une taille 54 (mais une mise à taille est possible) et j’aurais sûrement un petit pincement au cœur le jour où elle trouvera preneuse…

Desidero - Collection Bad Girls pour l'Antre du Côté Obscur - Bagues Michelle
Bagues Michelle

Je vous présente maintenant Michelle, cet ensemble de deux bagues inspiré du personnage de Catwoman, issue du dessin animé et des films de Batman. Mon premier souvenir de Catwoman c’est bien évidemment le dessin animé que je regardais enfant. D’ailleurs ce n’était pas une vrai méchante, elle avait si je me souviens bien, un bon fond, qui faisait tout de même craquer le très sérieux Batman. C’est le personnage qui m’a fait le plus hésiter dans ma sélection. En fonction de ses apparitions sur petit ou grand écran elle est tantôt méchante, tantôt gentille. C’est une voleuse de haute voltige mais qui a su rejoindre les nobles causes quand cela s’avérait nécessaire.

Ces deux bagues ont également été fabriquées à partir de maquettes en cire réalisées à la main et transformées grâce à une fonte à cire perdue. Le masque est une taille 53 et la griffe une taille 43. Cette dernière se porte donc au bout du doigt en bague de phalange. Les deux bagues sont vendues ensemble mais libre à vous de conserver la griffe et son côté très théâtral pour les grandes occasions (ou pas…). La finition est mixte sur ces 2 pièces. Seules les pointes des oreilles et de la griffe sont polies alors que le reste est resté mat pour une jolie mise en valeur des symboles de Catwoman.

Desidero - Collection Bad Girls pour l'Antre du Côté Obscur - Pendentif Sherrie
Pendentif Sherrie

La troisième pièce de cette collection a été réalisée selon les mêmes procédés que les bagues que je viens de vous présenter. J’y ai simplement ajouter, après la fonte, un tube en argent pour permettre le passage du cordon. Là encore, la finition du pendentif est mixte pour mettre en valeur les 2 éléments qui le compose. Le coquillage est resté mat, alors que la tentacule est polie.

Il s’agit du pendentif Sherrie, qui représente, vous l’aurez peut-être deviné, le personnage d’Ursula dans le dessin animé de Disney, La Petite Sirène. Quand j’étais enfant j’adorais le personnage d’Ariel. C’est probablement la vidéo Disney que j’ai le plus regardée (souvenir ému de nos cassettes VHS). Donner un rôle à Ursula était donc pour moi plus qu’évident lorsque j’ai composé ma Team Bad Girls. D’autant que son bijou est une pièce maîtresse de l’histoire.

La Team Bad Girls est presque au complet et je vous présente maintenant la parure Uma qui représente le personnage de Poison Ivy. Je l’ai découverte elle aussi dans la version dessin animé de mon enfance mais contrairement à Catwoman, c’est selon moi une vrai méchante de l’univers de Batman. Elle n’hésite pas à jouer de ses charmes pour arriver à ses fins et manie à la perfection l’art des poisons. C’est la femme fatale de la Team !

Son personnage est représenté par une parure complète comprenant un bijou de tête, des boucles d’oreilles, un bracelet et une bague. Toutes les feuilles ont été découpées à la scie directement dans une plaque de métal puis confiées à un graveur pour créer leurs nervures. Les feuilles du bijou de tête sont articulées et il s’adapte donc à tous les tours de tête, grâce aussi à une chaîne de rallonge permettant plusieurs niveaux de fixation. Le bracelet se porte haut sur le bras et la bague est en taille 56 (là encore une mise à taille est possible). Les boucles d’oreilles, quant à elles, ont déjà été vendues lors de l’exposition.

Pic à cheveux Helena
Pic à cheveux Helena

Pour finir, la dernière de ma Team Bad Girls n’est autre que Helena, qui représente le personnage de la Reine de Cœur dans Alice au Pays des Merveilles. Je n’ai jamais aimé ce dessin animé. Il était peut-être trop loin des autres beaucoup plus lissés de la saga Disney, pas assez de princesse et de preux chevalier pour la petite fille que j’étais. 

Cependant ce personnage était d’autant plus intéressant à interpréter qu’il permettait de sortir des sentiers battus en la représentant par un pic à cheveux en vermeil rose. Il a été réalisé par découpe à la scie dans une plaque de métal puis les deux parties des pics et du cœur ont été soudées ensemble. Le vermeil a été appliqué en étape finale. Il est constitué d’une couche d’or 18 carats de 5 microns d’épaisseur.

Le dernier détail qui caractérise ma Team Bad Girls est bien évidemment le choix du nom de chaque pièce. Peut-être l’aurez vous remarqué, mais ce sont les actrices qui ont interprété les différents rôles au cinéma qui prête leurs prénoms aux bijoux. Vous ferez sans difficulté le lien avec Angelina Jolie, Michelle Pfeiffer, Uma Thurman et Helena Bonham Carter. Sherrie fait quant à elle référence à Sherrie Rene Scott qui a interprété le rôle d’Ursula dans la version comédie musicale de La Petite Sirène, sortie à Broadway.

Voilà donc toute l’histoire. Ces pièces uniques m’ont permis de sortir de ma zone de confort en terme de création et j’ai adoré partager leur conception avec Amélie ! 

Vous pouvez retrouver toute la Team sur le site de Desidero dans une rubrique dédiée ou encore les découvrir à la boutique !! Je vous laisse également découvrir en fin d’article le shooting porté avec Amélie et moi-même en modèles et Aspic Photography derrière l’objectif ! 

Les filles et moi on vous embrasse 😉

Giulia

BADGIRLS-9

BADGIRLS-14

BADGIRLS-7

BADGIRLS-20

BADGIRLS-19

BADGIRLS-18

BADGIRLS-2

L’effet de groupe !

L’effet de groupe !

Je suis ravie de vous annoncer que j’ai récemment rejoint la Chambre Syndicale Nationale de la Bijouterie ainsi que les Ateliers d’Art de France !

Au sein de la première, j’ai rejoint le groupe Métaux Précieux. C’est une formidable marque de reconnaissance de mon travail et j’ai hâte de pouvoir prendre part aux actions de ces deux organisations pour la promotion de la bijouterie et de l’artisanat d’art ! 

L’artisanat d’art revient sur le devant de la scène en France grâce à de nombreuses initiatives comme Révélations, la Biennale Internationale Métiers d’Art et Création qui se tient actuellement à Paris et organisée par les Ateliers d’Art de France, ou encore le Carrousel des Métiers d’Art et de Créations organisé par la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat tous les deux ans, et dont la dernière édition s’est tenue en décembre dernier. Mais Paris n’a pas l’exclusivité. Les régions de France se mobilisent de plus en plus pour faire connaître leurs savoir-faire !

R3_paysageA4_BD

Vous êtes de plus en plus sensibles au métiers et au savoir-faire, de plus en plus attirés par un artisan que par une grande marque par le travail sur-mesure plutôt que l’anonymat. Depuis bientôt 7 ans que j’évolue dans cet univers, je constate que les pièces uniques sont de plus en plus recherchées.

Je travaille actuellement sur 2 pièces sur-mesure, des alliances, et c’est ma troisième commande de ce type depuis le début de l’année. Et j’espère que ces quelques lignes vous donneront encore plus l’envie de vous intéresser à l’envers du décor, à la main de l’artisan mais aussi à sa passion, et à la richesse du savoir-faire français que le monde ne cesse d’admirer !

A bientôt pour la suite de l’aventure…

Giulia

 

 

Jóias portuguesas

Jóias portuguesas

Le Portugal. Des années que je rêvais de visiter ce pays. Aujourd’hui c’est chose faite et quel voyage !! 10 jours de road trip en amoureux au départ de Madrid. Des paysages sublimes, une douceur de vivre et un temps radieux dont nous avions tous les deux, bien besoin. Quoi de mieux pour fêter notre récent PACS ?

Nous avons traversé le Portugal du Nord au Sud en commençant par Guimarães et Braga. Nous avons ensuite poursuivi notre parcours en visitant Viana do Castelo avant d’arriver à Porto où nous sommes restés 2 nuits. On a adoré cette ville, son atmosphère, ses couleurs, et pour ma part aussi son architecture Art Déco très présente, bref on en a pris plein les yeux, bien plus que ce que à quoi on s’attendait.

Desidero Le Blog - Porto

Nous avons ensuite poursuivi notre voyage vers le Sud avec Aveiro au faux air de Venise et Coimbra, ville étudiante, vaguement désertée en cette période pré-pasquale. 

Et celle que j’attendais par dessus tout, Lisbonne où nous sommes restés 3 nuits en pleine fête de Pâques. Nous avons d’ailleurs passé une journée à Sintra, et quelle journée !! Probablement la plus fatigante de ce séjour !! Il faut savoir que le vendredi qui précède Pâques est férié en Espagne et au Portugal. Nous avions eu la bonne idée d’acheter nos billets de train la veille au soir ce qui nous a donc évité une première file d’attente le lendemain matin qui nous aurais probablement fait rater le train. Train qui s’est avéré être plein de touristes ! La ville était donc bondée de voitures, de car et de touristes. Après la visite du Palacio Nacional, on a préféré éviter une énième file d’attente, pour prendre un bus, lui aussi plein à craquer, et décidé de monter à pied jusqu’au Palacio de Pena. J’ai bien cru que l’on en finirait jamais, mais le jeu en valait la chandelle. Le palais est sublime, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

DSC_0584DSC_0588DSC_0590

Lisbonne nous a énormément plu mais finalement moins que Porto. Là aussi la ville regorge d’endroits tous plus beaux les uns que les autres, et ses différents quartiers ont tous un charme certain. Je ne sais pas ce qui a joué, peut-être la quantité de touristes ou le niveau de fatigue. Ou tout simplement nos attentes. On a été très agréablement surpris par Porto, alors que j’avais, pour ma part, peut-être fantasmé ce que j’allais trouver à Lisbonne. Ces 2 villes mérites en tout cas un deuxième passage, plus tranquille, plus dans le détail, très vite j’espère.

Desidero Le Blog - Tour de Belem

Après notre dernière matinée à Lisbonne que nous avons mis à profit pour aller voir la tour de Belém, tôt le dimanche matin et donc (presque) sans touristes, nous avons fait un détour par Evora avant de prendre la direction du Sud pour y passer nos 3 dernières nuits, dans 3 différentes villes de l’Algarve. Au programme, plage et farniente, et nous n’avons pas été déçus. Nous avons pu profiter de plages presque désertes sous un soleil qui n’avait rien à envier aux mois d’été. 

Plage de Lagos - Portugal - Desidero Le Blog

Jóias portuguesas

Tout l’intérêt du titre de cet article réside dans ce qui va suivre. Mon amoureux est dingue de voyage. Passer 1 mois sans sortir de Paris et c’est la déprime totale. Quand l’idée a commencé à germer d’ouvrir ce blog, je me suis dit que je pouvais lier l’utile à l’agréable en partant plus précisément à la découverte de créateurs, et professionnels de la bijouterie à l’occasion de ces voyages et ainsi vous faire découvrir ce que ce métier a à vous offrir à travers le monde. Je ne sais pas jusqu’où cette aventure nous embarquera mais on va la démarrer ensemble au Portugal, et plus précisément à Porto.

J’ai rencontré de nombreux créateurs portugais (leurs noms en fin d’article) lors de ma participation au salon professionnel Bijorhca à Paris en septembre 2016 et j’ai senti qu’un engouement particulier prenait place autour de la création contemporaine portugaise. Sur leur conseil nous avons visité le Tincal lab à Porto. Un grand atelier/boutique, ouvert au public, au 2ème étage du 27 rua de Cedofeita, l’une des rues les plus commerçantes de Porto. Nous y avons rencontré la créatrice Ana Pina, sa fondatrice. L’atelier dispose de 4 postes de travail, disponibles ponctuellement ou au mois et Ana y organise régulièrement des ateliers et des rencontres. L’occasion pour chacun d’apprendre de nouvelles techniques afin de diversifier sa pratique de la bijouterie mais aussi de participer à la promotion de la bijouterie contemporaine.

Ana Pina et moi - Tincallab - Desidero Le BlogAtelier Tincallab - Porto - Desidero Le BlogChallenge 2015 Tincallab - Desidero Le Blog

Ana organise aussi tous les ans, en juin, un challenge de création autour d’un thème choisi. Après l’architecture en 2015 et le cinéma en 2016, j’ai hâte de connaître le thème de 2017 !!

Lors de nos pérégrinations dans Porto, nous sommes également tombés sur une autre boutique/atelier de création contemporaine, As 3 Jóias, rua de Santa Teresa, et j’ai adoré tout ce que j’y ai vu !

Si vous aimé la bijouterie contemporaine, foncez directement à ces adresses si vous passez par Porto. Je vous invite également découvrir les créateurs suivant que j’ai connu lors de Bijorhca : 

Voilà pour ma première revue de la bijouterie en dehors de nos frontières. L’idée vous plaît-elle ?

Prochaine destination, la Riviera italienne, je vais essayer d’y poursuivre mes enquêtes de terrain.

A très vite pour de nouvelles aventures…

Giulia

 

Les Renaissantes

Les Renaissantes

Les Renaissantes font parties de la collection automne/hiver 2015 et ont déjà 1 an et demi. Et elles ont une histoire particulière.

C’est une série en édition limitée (max 8 exemplaires de chaque), numérotée, et entièrement réalisée à la main sur mesure. Pour les 5 modèles, 2 exemplaires ont déjà été édités en argent et en différentes tailles pour permettre l’essayage en boutique. Et chaque clientes peut donc choisir sa taille mais également la matière dans laquelle elle veut la voir réaliser.

Ce sont des bagues à l’identité très forte, avec une âme, quelque chose à raconter, et qui interpellent. Si ces bagues pouvaient parler, elles vous raconteraient l’état dans lequel j’étais avant de me lancer dans leur réalisation, et pour ma part j’insisterais plutôt sur le bien que ça m’a apporté. Le travail de la cire est pour moi un procédé très particulier. Il se rapproche beaucoup de la sculpture et a un côté organique, dans le sens où parfois ça vous sort un peu des tripes.

C’est aussi, à mon sens, une technique beaucoup plus douce, voir sensuelle, que le travail du métal. C’est à la fois une matière plus fragile, mais qui accepte aussi les retouches. Elle laisse, jusque dans une certaine mesure, la place à l’erreur. Vous n’avez pas peur de sculpter à l’instinct, tout en mesurant vos gestes, et advienne que pourra. « Douceur », « sensualité », « fragilité », « erreur », « instinct ». Ne serait-ce pas là un vocabulaire tailler sur-mesure pour mettre des mots sur un caractère, un état d’esprit, un sentiment ?

img_20150613_180120.jpg
Les premières cires des Renaissantes

L’inspiration sur ces pièces est très variée. J’ai puisé un peu dans tous les courants artistiques que j’aime, dans l’architecture comme dans le monde animal, végétal ou marin. Après les premiers croquis j’ai vite compris que je voulais un design très différents pour chaque modèle ce qui m’a permis, plus que jamais, de laissé libre cours à mes envies. C‘est probablement de là que vient l’effet salvateur qui leur a donné leur nom.

Le shooting photo réalisé est aussi l’un de mes préféré. C’est tout d’abord le premier où je me suis mise en scène, maquillée par Jenny du duo BlushandCrush. Les photos ont été prises par mon amie Amélie Ciccarelli (qui prend d’ailleurs toutes mes photos depuis cette époque), et l’ambiance qui s’en dégage colle parfaitement avec ce que je souhaitais. Un ami s’est également prêté au jeu pour m’accompagner sur certaines d’entres elles.

Desidero - Bague Les Renaissantes #1 portée 2
Desidero – Les Renaissantes #1
Desidero - Bague Les Renaissantes #2 portée 1
Desidero – Les Renaissantes #2
Desidero - Bague Les Renaissantes #3 portée
Desidero – Les Renaissantes #3
Desidero - Bague Les Renaissantes #4 portée 2
Desidero – Les Renaissantes #4
Desidero - Bague Les Renaissantes #5 portée 2
Desidero – Les Renaissantes #5 (ma préférée)

L’ensemble des modèles est disponible sur le site et à la boutique. N’hésitez pas à passer les découvrir et laisser vos propres sentiments leur donner un sens. Qui sait si vous aussi vous n’y trouverez une force particulière ?

Giulia